By Gaston Leroux, Francis Lacassin

A French reader for intermediate via complicated scholars Le Fantôme de l’Opéra (Leroux) is an variation that captures the which means and temper of the unique 1910 Gaston Leroux novel and comprises all significant scenes. it truly is 152 pages in size.

Show description

Read or Download Oeuvres: Le Fantôme de l'Opéra, La Reine du Sabbat, Les Ténèbreuses, La Mansarde en Or PDF

Similar textbooks books

Digital Logic Techniques: Principles and Practice

1 Numerical illustration of data. - 2 Operations on binary information. - three Combinational good judgment layout. - four Sequential common sense basics. - five layout of sequential good judgment circuits. - 6 The electronic approach. - 7 sensible electronic circuits. - solutions to difficulties.

Learning and Literacy over Time: Longitudinal Perspectives

Studying and Literacy through the years addresses gaps in literacy research—studies delivering longitudinal views on newbies and the trajectory in their studying lives in and out of college, and reports revealing how prior reviews with literacy and studying tell destiny reports and practices.

Extra info for Oeuvres: Le Fantôme de l'Opéra, La Reine du Sabbat, Les Ténèbreuses, La Mansarde en Or

Example text

Ce n’est pas Julie qui fait l’endormie ! » (Sa dame s’appelle justement Julie). M. Maniera se retourne à droite pour voir qui est-ce qui lui parlait ainsi. Personne ! Il se frotte l’oreille et se dit à lui-même : « Est-ce que je rêve ? » Là-dessus, Méphistophélès continuait sa chanson… Mais j’ennuie peut-être messieurs les directeurs ? – Non ! non ! continuez… 43 – Messieurs les directeurs sont trop bons ! ) Donc, Méphistophélès continuait sa chanson (Mame Giry chante) : « Catherine que j’adore – pourquoi refuser – l’amant qui vous implore – un si doux baiser ?

Il n’avait pas prononcé un mot, et ses voisins eux-mêmes n’eussent pu dire à quel moment précis il était venu s’asseoir là, mais chacun pensa que si les morts revenaient parfois s’asseoir à la table des vivants, ils ne pouvaient montrer de plus macabre visage. Les amis de MM. Firmin Richard et Armand Moncharmin crurent que ce convive décharné était un intime de MM. Debienne et Poligny, tandis que les amis de MM. Debienne et Poligny pensèrent que ce cadavre appartenait à la clientèle de MM. Richard et Moncharmin.

Ce n’est pas Julie qui refuserait un baiser à Isidore ? » Là-dessus, il se retourne, mais, cette fois, du côté de sa dame et d’Isidore, et qu’est-ce qu’il voit ? Isidore qui avait pris par-derrière la main de sa dame et qui la couvrait de baisers dans le petit creux du gant… comme ça, mes bons messieurs. ) Alors, vous pensez bien que ça ne s’est pas passé à la douce ! Clic ! Clac ! M. Maniera, qui était grand et fort comme vous, monsieur Richard, distribua une paire de gifles à M. Isidore Saack, qui était mince et faible comme M.

Download PDF sample

Rated 4.19 of 5 – based on 12 votes